Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
23 octobre 2021 6 23 /10 /octobre /2021 08:42
POESIE FELINE

JE SUIS EN MARAUDE

OU BIEN EN BILLEBAUDE

EN ATTENDANT L'AUBE

JE RÔDE

Partager cet article
Repost0
19 septembre 2021 7 19 /09 /septembre /2021 12:37
UN EXTRAIT DES 7 VIES DE SURCOUF

Extrait DES 7 VIES DE SURCOUF de Christine LACROIX (City éditions)

Comme je suis un être exigeant, les sorties entravées dans le jardin ne me suffisent pas. J’ai besoin de me dégourdir les coussinets sur une plus longue distance, et rien de mieux que la promenade dominicale, tôt le matin, avec l’homme qui partage ma vie, pour désankyloser mes pattes. Il n’y a pas de raison que seuls les chiens aient le droit de promener leur maître. C’est vrai que l’on ne voit pas souvent de chats déambuler dans les venelles avec la corde au cou, mais je ne suis pas une exception.
Le vantail côté rue à peine entrebâillé, je me faufile et  je pars par la gauche au triple galop. Je fais toujours le tour dans le même sens. Puis je stoppe net à vingt mètres de distance, suffisamment loin de mon pas-de-porte pour être sûr de ne pas être obligé de rentrer. Alors commence la pêche aux messages olfactifs laissés par des pairs, des cabots ou des bisets. Un excrément canin là, une crotte de pigeon ici, un marquage à l’urine sur l’arête d’un mur, ça pourrait durer des heures… Si seulement on me laissait faire… Mais Pat s’impatiente quand je reste plus de trois minutes, le nez dans une matière fécale.
Je grimpe sur un rebord de fenêtre d’un rez-de-chaussée et je feule à l’encontre d’un rouquin qui me ressemble comme deux gouttes d’eau et qui me bigle à travers sa vitre. C’est mon deuxième voisin le plus proche, il s’appelle Chance et il en a eu, de la chance. Il s’est sauvé un jour alors que son garage était resté entrouvert et il a disparu pendant une année entière. Le quartier, moi et  sa maîtresse en avions fait notre deuil. Et puis un matin, alors que je revenais de promenade, je refusai catégoriquement de rentrer et restai à émettre un grondement sourd devant le soupirail côté rue.  Pat  n’arriva  pas  à  me persuader qu’il n’y avait pas âme qui vive dans ma cave. Il dut me porter pour remonter dans les étages. Il retourna seul explorer mon domaine en sous-sol, mais ne trouva rien. Je ne décolérais pas. Alors il me harnacha de nouveau pour une inspection du cellier. Je n’hésitai pas une seconde, je filai dans le box côté rue, me faufilai sous des palettes et me mis à gronder. Pat m’attacha à un tuyau en retrait et commença à bouger les plateaux en sapin. Une fusée roux et blanc lui fila entre les jambes et sortit par le soupirail. C’était Chance, amaigri, nerveux, fatigué, mais en vie. Enfin, moi, je n’avais pas de doutes, mais sa maîtresse en avait, surtout que son frangin, un chat tout blanc, ne semblait pas le reconnaître et encore moins accepter que cet inconnu squatte de nouveau son fauteuil préféré. Mais comme il était pucé, le doute ne fut plus permis à son retour du vétérinaire. Il paraît qu’avec son frère de sang, la complicité du temps jadis ne revint jamais. De ce jour, je le nargue en grimpant sur son appui de fenêtre chaque fois que je passe devant son home, car depuis lors, il n’a plus de permission de sortie.

 

Partager cet article
Repost0
9 septembre 2021 4 09 /09 /septembre /2021 08:34
MA RENTREE LITTERAIRE : LES 7 VIES DE SURCOUF de Christine LACROIX

 « Les 7 vies de Surcouf » (Christine LACROIX), mon 4ème roman sur les chats, vient de sortir chez City éditions. C’est la suite « Des fantastiques aventures de Surcouf ». Un deuxième volume avec plein de nouvelles anecdotes véridiques.

https://www.amazon.fr/sept-vies-Surcouf-Christine-Lacroix/dp/2824619252

Surcouf est un matou espiègle, fanfaron et un peu turbulent avide de liberté jusqu'au bout des moustaches. Dans ce deuxième volet, il raconte ses aventures dans le vaste monde et sa cohabitation avec les « deux pattes », comme il appelle affectueusement les humains et qui ne comprennent rien aux choses importantes. Sa vie est une épopée permanente. Notamment le jardin qui est une jungle pleine de promesses, mais aussi de dangers lors des rencontres avec les autres chats ou, pire, avec les chiens, ses ennemis jurés ! Et en véritable explorateur, il ne rate jamais une occasion de faire des bêtises... Heureusement, Surcouf a (au moins !) sept vies, car il est prêt à tout risquer pour vivre pleinement. Au fil de ses péripéties, ce petit chat de gouttière pas comme les autres nous livre les clés d’une sagesse toute féline, la sagesse d'une vie riche de saveurs, d'aventures et d'insouciance. Et mieux encore : il nous livre les clés d'une certaine idée du bonheur. Avec ce récit qui séduira tous les amoureux de félins, Surcouf révèle aux humains pourquoi une vie sans chat est une existence sans saveur.

Si vous le désirez, je peux vous l’envoyer dédicacé.

Partager cet article
Repost0
26 juillet 2021 1 26 /07 /juillet /2021 09:23
MON NOUVEAU ROMAN SUR LES CHATS

 

Vous avez pouffé en lisant les facéties du héros des Fantastiques aventures de Surcouf ; vous avez tremblé en parcourant la voie de chemin de fer au côté d'Attila, le curieux chat voyageur ; vous vous êtes émerveillés en découvrant l'île de la Guadeloupe à travers les yeux de Toussaint Louverture dans Tropique du chat. Vous allez adorer les retrouvailles avec le chat roux et blanc. Pour mon quatrième roman intitulé LES 7 VIES DE SURCOUF (Christine Lacroix) je vous raconte la suite des pitreries qui ont jalonné les 14 années d'existence du rouquin aux gants blancs. Véritable biographie, toutes les situations ont réellement existé.

Sortie chez City éditions le 1er septembre,

Et en pré-commande :https://www.cultura.com/les-sept-vies-de-surcouf-9782824619255.html

 

En attendant voici les liens vers mes 3 autres romans félins dont le premier volet des pitreries de Surcouf :

 

Attila le curieux chat voyageur

Fantastiques-aventures-surcouf-

TROPIQUE DU CHAT

La photo de couverture étant très éloignée du véritable Surcouf, pour les curieux, le voici en vrai !

 

Partager cet article
Repost0
8 juillet 2021 4 08 /07 /juillet /2021 07:41
LECTURE DE RENTREE

En avant première, un extrait des 7 vies de Surcouf chez City éditions (ISBN : 978-2-824-61925-5) par Christine LACROIX qui sortira en septembre :

Comme je suis un être exigeant, les sorties entravées dans le jardin ne me suffisent pas. J’ai besoin de me dégourdir les coussinets sur une plus longue distance, et rien de mieux que la promenade dominicale, tôt le matin, avec l’homme qui partage ma vie, pour désankyloser mes pattes. Il n’y a pas de raison que seuls les chiens aient le droit de promener leur maître. C’est vrai que l’on ne voit pas souvent de chats déambuler dans les venelles avec la corde au cou, mais je ne suis pas une exception.
Le vantail côté rue à peine entrebâillé, je me faufile et  je pars par la gauche au triple galop. Je fais toujours le tour dans le même sens. Puis je stoppe net à vingt mètres de distance, suffisamment loin de mon pas-de-porte pour être sûr de ne pas être obligé de rentrer. Alors commence la pêche aux messages olfactifs laissés par des pairs, des cabots ou des bisets. Un excrément canin là, une crotte de pigeon ici, un marquage à l’urine sur l’arête d’un mur, ça pourrait durer des heures… Si seulement on me laissait faire… Mais Pat s’impatiente quand je reste plus de trois minutes, le nez dans une matière fécale.
Je grimpe sur un rebord de fenêtre d’un rez-de-chaussée et je feule à l’encontre d’un rouquin qui me ressemble comme deux gouttes d’eau et qui me bigle à travers sa vitre. C’est mon deuxième voisin le plus proche, il s’appelle Chance et il en a eu, de la chance. Il s’est sauvé un jour alors que son garage était resté entrouvert et il a disparu pendant une année entière. Le quartier, moi et  sa maîtresse en avions fait notre deuil. Et puis un matin, alors que je revenais de promenade, je refusai catégoriquement de rentrer et restai à émettre un grondement sourd devant le soupirail côté rue.  Pat  n’arriva  pas  à  me persuader qu’il n’y avait pas âme qui vive dans ma cave. Il dut me porter pour remonter dans les étages. Il retourna seul explorer mon domaine en sous-sol, mais ne trouva rien. Je ne décolérais pas. Alors il me harnacha de nouveau pour une inspection du cellier. Je n’hésitai pas une seconde, je filai dans le box côté rue, me faufilai sous des palettes et me mis à gronder. Pat m’attacha à    un tuyau en retrait et commença à bouger les plateaux en sapin. Une fusée roux et blanc lui fila entre les jambes et sortit par le soupirail. C’était Chance, amaigri, nerveux, fatigué, mais en vie. Enfin, moi, je n’avais pas de doutes, mais sa maîtresse en avait, surtout que son frangin, un chat tout blanc, ne semblait pas le reconnaître et encore moins accepter que cet inconnu squatte de nouveau son fauteuil préféré. Mais comme il était pucé, le doute ne fut plus permis à son retour du vétérinaire. Il paraît qu’avec son frère de sang, la complicité du temps jadis ne revint jamais. De ce jour, je le nargue en grimpant sur son appui de fenêtre chaque fois que je passe devant son home, car depuis lors, il n’a plus de permission de sortie.

En prévente sur les sites : https://www.cultura.com/les-sept-vies-de-surcouf-9782824619255.html

 

En attendant la sortie, si vous cherchez de la lecture féline, vous pouvez vous plonger dans un de mes 3 autres romans sur les chats :

Attila le curieux chat voyageur

 

Fantastiques-aventures-surcouf-

 

TROPIQUE DU CHAT

 

Partager cet article
Repost0
4 juillet 2021 7 04 /07 /juillet /2021 09:33
LECTURE DE VACANCES N°3

Extrait des Fantastiques aventures de Surcouf de CHRISTINE LACROIX chez City éditions.

 

 

Je descendis en souplesse de mon observatoire, tout en haut du tas de bois, utilisant au maximum ma longueur de corde. Une oreille grise striée de noir se redressa une seconde pour retomber aussi vite. J’évaluai la distance : trois mètres. Ma corde mesurait deux mètres mais c’était sans compter les cinquante centimètres d’élastique que Pat avait ajoutés pour éviter de m’étrangler lors de mes séances de musculation. Je prenais un malin plaisir à dévaler l’escalier à tout rompre, tirant sur ma corde comme un jeune chiot, à partir du côté opposé de celui qui se trouvait à l’autre bout de la laisse, ou à ramper sur le sol, m’accrochant bec et griffes aux aspérités pour gagner du terrain, jusqu’à ce que le sandow me fasse reculer de toute la force de son élasticité, en une pirouette arrière de deux mètres. Ces exercices répétés avaient eu pour effet de doubler ma masse musculaire. Je m’étais fabriqué des cuissots à faire pâlir une dinde de Noël. Pat avait bien essayé au début de me revêtir d’un harnais pour brider mes instincts de chien de traîneau ; après une première lutte d’un quart d’heure, où il avait eu gain de cause, mais qui le fit haleter comme un jeune chiot pendant cinq minutes, il ne m’obligea plus jamais à passer les chaussettes dans cet instrument de torture. Il avait donc adopté le collier traditionnel, comme tout le monde. Mais il avait dû faire breveter une longe « spéciale Surcouf » comme il l’avait baptisé : un cinquième de sandow pour quatre cinquièmes de chanvre.

Il me manquait toujours cinquante centimètres pour atteindre mon but. Je rampai tout de même, discrètement, tel le léopard dans la savane africaine, bien que l’herbe n’affichât guère plus d’un centimètre de haut, stoppant à chaque pas, guettant le moindre souffle d’air de ma proie. Sa respiration restait régulière, je progressai encore et encore. Ma corde se tendit, il me manquait quarante centimètres. Il ne s’était pas réveillé, il me tournait le dos, sûr de sa sécurité. Lui aussi était bon en calcul ; mais il avait négligé mon joker, un atout de taille : le « propulseur Surcouf ». Je reculai de cinq centimètres, me ramassai sur moi-même et avant qu’il n’ait le temps de réagir je bondis en avant. L’élastique s’étira, j’atteignis ma cible à la base de la queue et m’agriffai dans ses chairs, tel un noyé à sa bouée de sauvetage.

Nous reculâmes de deux mètres dans un bel ensemble, cul par-dessus tête, dans un concert de hurlements déchirants. Je le saucissonnai avec ma longe comme une vulgaire « charcutaille », m’emprisonnant flanc contre flanc par la même occasion. Puis je me retrouvai sous lui, sa gueule au niveau de mon cou. Il me mordillait la carotide sans forcer, comme s’il se retenait de me faire mal. Moi je ne l’aurais pas loupé, je lui aurais sectionné une demi-oreille.

Et si vous cherchez de la lecture féline pour vos vacances, vous pouvez plonger dans l'un de mes 3 romans sur les chats.

Fantastiques-aventures-surcouf-

Partager cet article
Repost0
2 juillet 2021 5 02 /07 /juillet /2021 09:12
LECTURE DE VACANCES N° 2

Extrait de TROPIQUE DU CHAT de CHRISTINE LACROIX chez Evidence éditions.

Nous sommes restés plusieurs jours sur le domaine de Séverin, et ce n’est pas seulement parce ce que les champs de cannes offrent tout ce qu’un félin peut souhaiter : un abri contre les éléments humides et un garde-manger très bien fourni ; non, il y a une autre raison pour avoir privilégié cette rhumerie, une raison irrésistible : un élevage de ouassous. Une crevette géante qui fait saliver tous les matous dans un rayon de dix kilomètres. Seize bassins de cent mètres de long, vingt-cinq mètres de large et un mètre vingt de profondeur sont à notre disposition et regorgent de ouassous. Nous attendons la nuit pour aller à la pêche aux écrevisses. Le pourtour herbeux en pente douce permet de nous approcher au plus près, nous n’y plongeons pas tête la première, mais nous enfonçons, Ti-blanche et moi, une patte dans l’eau et crochetons au petit bonheur la chance ; parfois, nous ramenons des algues et parfois une belle Asiatique.

Toulou-lou-lou, toulou-lou-lou, cinq notes flûtées, trois attachées, deux séparées, nous résonnent dans les oreilles, une tourterelle à queue carrée est perchée sur un goyavier qui domine le champ de cannes. Nous ne levons même pas la tête, nous sommes gavés.

La pluie brouille toujours le paysage, comme ça arrive parfois aux Antilles, trois jours d’une averse drue et oblique, que nous passons à chasser. Les poils longs et soyeux de la fourrure de ma compagne de route pendent lamentablement de chaque côté de ses flancs, jusqu’à traîner par terre. Ma queue, gorgée d’eau, ressemble plus à une queue de rat qu’à une bannière empanachée. Nous reprenons la chasse à la billebaude vers le soleil levant.

Et si vous cherchez de la lecture féline pour vos vacances, vous pouvez plonger dans l'un de mes 3 romans sur les chats.

TROPIQUE DU CHAT

Partager cet article
Repost0
29 juin 2021 2 29 /06 /juin /2021 12:39
LECTURE DE VACANCES

Extrait d’Attila, le curieux chat voyageur de CHRISTINE LACROIX chez City éditions.

Ce matin, j’observe une petite fille au museau noir et à la robe en lambeaux, elle tient dans ses bras un lapereau. Je n’ai pas mangé depuis trente six heures et je m’en contenterais comme en-cas. J’attends en vain qu’elle le pose à terre, mais elle le presse sur son cœur comme un objet précieux. Elle ne me donnera jamais l’occasion de me boucher une dent creuse. Je reprends ma route, tournant le dos à ce dénuement. L’odeur est soutenue, j’entends clapir, glousser, caqueter, cancaner. Je m’approche tel le goupil sournois, silencieusement à ras de terre. Trois clapiers à lapin sont installés sur des moellons, huit cages à poule sont disposées à côté, formant un véritable poulailler, quatre sont vides, une contient un pigeon sans visa, deux autres abritent une poule et ses poussins et la huitième héberge un coq. Je perçois une présence derrière moi, un canard noir panaché de blanc, de belle prestance, me fixe de son œil maquillé de rouge. Il se dandine d’une palme sur l’autre, puis s’éloigne. Je choisi un lapereau tout famélique et qui semble s’ennuyer au fond de son clapier. Je crochète la serrure, tordant le fil de fer qui le retient prisonnier, j’écarte le montant de la porte et libère le captif de sa geôle rouillée. Il ne s’ennuiera plus; les autres occupants n’ont pas bronché. L’estomac bien tendu par ce copieux souper, je me remets en route pour une promenade digestive. Je cherche à boire. C’est le plus gros problème du chat errant; pour la nourriture, nous arrivons toujours à nous débrouiller, mais se transformer en vampire la nuit et boire le sang de nos victimes ne suffit pas à étancher notre soif et nous sommes souvent à la recherche des trous d’eau de pluie.

Attila le curieux chat voyageur

Partager cet article
Repost0
8 juin 2021 2 08 /06 /juin /2021 08:51
LES 7 VIES DE SURCOUF

Mon nouveau roman félin s'appellera "LES 7 VIES DE SURCOUF" et sortira chez City éditions à la rentrée prochaine. C'est la suite des "Fantastiques aventures de Surcouf" avec encore plus d'anecdotes totalement véridiques sur la vie du chat roux aux socquettes blanches.

Le pitch : Le chat pitre est de retour pour une 2ème vie. Une vieille croyance dit que le chat a neuf vies et non pas sept. Cela vient du fait que les Égyptiens, qui étaient parmi les premiers à domestiquer le félin, étaient étonnés par la grande résistance du chat à échapper régulièrement au danger. Le chiffre neuf, composé de trois trinités, est devenu un chiffre porte-bonheur.

Après Les fantastiques aventures de Surcouf, le rouquin aux gants blancs revient pour de nouvelles facéties inédites. Il est de tous les voyages de ses maîtres et ne manque pas d’imagination pour nous proposer des frasques à sa mesure.

Le premier tome de ses aventures est toujours disponible : Fantastiques-aventures-surcouf-

et le second est disponible en précommande sur les sites en ligne : Les 7 vies de Surcouf de Christine Lacroix City éditions ISBN : 978-2-8246-1925-5

Partager cet article
Repost0
27 avril 2021 2 27 /04 /avril /2021 07:24
LE PARADIS DES CHATS D'EMILE ZOLA

JE BUS AUX GOUTTIÈRES ET JAMAIS LAIT SUCRÉ NE M'AVAIT SEMBLÉ SI DOUX.


 (LE PARADIS DES CHATS D'ÉMILE ZOLA)

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de CHAT PITRE
  • : AUTEURE DE ROMANS FELINS EDITEE CHEZ EVIDENCE EDITIONS FRANCE LOISIRS ET CITY EDITIONS
  • Contact

  • CHAT PITRE
  • Passionnée de chats, je les photographie et je les romance.
  • Passionnée de chats, je les photographie et je les romance.

LIENS VERS MES ROMANS FELINS

 

Mon 3ème roman félin TROPIQUE DU CHAT chez évidence éditions

https://www.amazon.fr/dp/B084NYFSRL/ref=dp-kindle-redirect?_encoding=UTF8&btkr=1

 

 

Mon 2ème roman : ATTILA, le curieux chat voyageur chez City éditions

nouvelle version avec une préface de Brigitte Bulard-Cordeau

 

Les fantastiques aventures de Surcouf chez City éditions

 

 

 

 

 

LES FANTASTIQUES AVENTURES DE SURCOUF

"LES FANTASTIQUES AVENTURES DE SURCOUF"
mon 1er roman félin

LIEN VERS LE LIVRE : http://livre.fnac.com/a7889954/Christine-Lacroix-Les-fantastiques-aventures-de-Surcouf-le-Chat

Mon mail : surcouf.galaup@gmail.com

 

 

Catégories